Climat et Hydrographie

La République de Djibouti se classe parmi les pays à climat semi-aride chaud. A l’exception des régions montagneuses, il y règne une chaleur élevée rarement inférieure à 22°. Les écarts de température sont faibles. L’hygrométrie sur la côte et à Djibouti en particulier est très élevée. L’année est partagée en deux saisons :

La saison fraîche, d’octobre à avril (moyenne 25°) avec un vent d’est apportant quelques pluies, et qui correspond à un été méditerranéen.

La saison chaude, de mai à septembre (moyenne 35°) où soufflent deux vents secs : le Sabo du sud-ouest et le Khamsin du nord-ouest. Les mois de mai et septembre sont des mois de transition pendant lesquels s’opèrent les renversements des vents qui provoquent des calmes plats augmentant ainsi l’humidité.

Le Climat de l’intérieur présente de notables différences avec celui du littoral.

En particulier dès que l’on s’élève, la température est plus agréable : il en est ainsi à Arta, Randa, le Day. Parfois il y fait même frais (des températures de 10° y ont été enregistrées).

Le régime des pluies est des plus irréguliers.

Les hauteurs annuelles de précipitations varient énormément d’une année à l’autre. D’une façon générale, il pleut rarement à Djibouti, plus fréquemment et plus abondamment sur les massifs du Goda et des Mablas. Les orages soudains et brutaux sont très redoutés. Les oueds se transforment pour quelques heures en torrents furieux arrachant tout sur leur passage, puis leur cours se régularise, et l’eau de pluie apporte ses bienfaits partout où elle coule.

Dans un pays semi-désertique comme Djibouti, où il n’existe aucun cours d’eau permanent et où seules les nappes souterraines assurent l’alimentation en eau des populations et du bétail, les pluies – mêmes rares et parcimonieuses – sont considérées comme un véritable bienfait de dieu.